mardi 17 avril 2012

Paris tu paries Paris


J'ai avec Paris une drôle de relation. Parfois je m'imagine travailler dans ma petite ville, et ça me déprime profondément... J'aime tellement me balader dans les rues de Paris, découvrir de petites boutiques, de délicieux restos, et surtout savoir que j'aurai toujours des tas de choses à découvrir, d'expos à voir, d'endroits à visiter. J'aime son effervescence, j'aime ses rues, j'aime m'y sentir un peu moins provinciale qu'il y a quelques années quand j'ai commencé à y travailler. 
Mais l'autre jour, en arrivant à la Gare Montparnasse, après un week-end au calme, au vert, j'ai eu une sensation d'étouffement horrible en naviguant entre les gens pressés, stressés dans les couloirs du métro. Je me suis dit que j'étais bien contente, au final, de retourner dans ma campagne tous les soirs, d'y passer mes week-ends, d'y retrouver mon chéri, nos amis, nos proches... 

Entre deux réunions vendredi dernier, j'ai erré dans un des coins que j'aime, dans le 10ème. Un détour obligatoire par Pop Market, quelques petits achats plus tard (je suis faible), direction Le Petit Cambodge pour un bo-bun vraiment bon et frais, une adresse que je vous conseille (même si ça a l'air souvent bondé le midi). En dessert, j'ai pris un je-sais-plus-son-nom, mélange de lait de coco tiède, de tapioca et de banane, peu photogénique mais pas mauvais du tout.
Et sinon, juste à côté de Pop Market a ouvert un coffee shop de malade, genre le coffee shop de mes rêves : La Chambre aux oiseaux. Déjà testé ? Le carte avait l'air sympa, et le lieu tellement accueillant, la prochaine fois j'y vais avec ma petite soeur, ça la changera de ses Latte au Starbucks, hein ma Lilie :)

J'ai ensuite dérivé vers Belleville, malheureusement Stop tissus était fermé, mais ça fait du bien parfois de se balader dans un Paris moins branchouille que celui de mes itinéraires habituels.

De Paris, ma grand-mère m'a dit la semaine dernière qu'elle se rappelait surtout du tintement de la clochette que le conducteur sonnait quand le métro démarrait. Et des ascenseurs vitrés de la Samaritaine, qui lui ont laissé une belle phobie.

▲ Pop Market : 50 rue Bichat - Paris 10ème
▲ La Chambre aux oiseaux : 48 rue Bichat - Paris 10ème
▲ Le Petit Cambodge : 20 rue Alibert - Paris 10ème

I have a very strange relationship with Paris... Sometimes I dream of working in the small town where I live, et it makes me feel very depressed. I love so much wandering in the lovely streets of Paris, and the idea of having so many things to see, so many places to visit...
But the other day when I was in the metro, coming back from a very nice week-end in Britain, I felt so stressed out by the crowded passages and the people hurrying everywhere, even on a sunday evening, and I realized how happy I was to get to come back every evening in my quiet suburb, where my heart is.


Last friday, I spent my day going to meetings all around the city. So I took advantage of that to go to some places I love : Pop Market, a lovely shop where I bought a few things for our little house I'll show later / I ate at Le Petit Cambodge, a very nice place for bo-bun / I saw a new coffe shop, La Chambre aux oiseaux, which seems absolutely adorable / and then headed to Belleville for my last meeting.


My grand-mother told me at Easter last week that the one thing she remembered the most about Paris was the little tinkling that the train driver made with a little bell when the metro was about to move off the station. That, and the glass elevators at the Samaritaine (she became afraid of elevators because of them)... It was a different time, in the 1930's...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Par ici les p'tits mots !